Alerte boiler room : la mise en garde de la FSMA du 7 juin 2019

L’autorité belge de
régulation des marchés financiers a émis le vendredi dernier une mise en garde
pour une fois encore inviter le public francophone a plus de prudence notamment
en cas de démarchage par téléphone. Vous recevez un appel d’une personne à qui
vous n’avez pas donné votre numéro et qui vous propose ce qu’il appelle
l’affaire la plus juteuse du siècle ? Voici ce que vous devez savoir avant
de signer un virement vers ces sociétés fantômes.

Quand l’inconnu vous appelle,
faut-il répondre

D’après la
définition retenue par la FSMA, la fraude de type « boiler room » est une forme
de fraude qui consiste généralement à contacter des investisseurs potentiels –
sans y être invité et souvent par téléphone – pour leur proposer d’acheter des
actions ou d’autres produits financiers.

Il ne faut pas
croire qu’il est aisé de raccrocher et de passer à autre chose. En fait, les
escrocs disposent de moyens de manipulation qui leur permettent de vous faire
croire tout ce qu’ils vous diront. Voilà bien pourquoi le régulateur insiste
sur la prudence. En effet, « même si ces sociétés se présentent comme des
prestataires de services agréés disposant d’un site web et de formulaires
professionnels, il s’agit cependant d’une fraude et les produits ou services
proposés sont fictifs ou sans valeur. » Si vous avez besoin de savoir le
mode de fonctionnement, cette description de la FSMA vous édifiera :
« En général, l’investisseur potentiel est attiré au moyen d’un premier
investissement, d’un montant limité, qui s’avère très vite rentable. Par la
suite, il lui est demandé d’investir chaque fois davantage. Lorsqu’il souhaite
récupérer son argent, cela s’avère impossible sans versements complémentaires
et/ou les nouveaux investissements commencent à être déficitaires. Au final,
l’investisseur ne récupère jamais les montants investis. »

Quelques pseudo-firmes épinglées

La FSMA a mis
notamment le public en garde contre les nouvelles « sociétés » suivantes :

  • Echler Solomon Feng
    (https://www.esfpm.com/)
  • Elibank-Vernon
    (https://www.elibank-vernon.com/)
  • Elizabeth
    Lenz (http://www.elizabethlenz.com)
  • Global Alliance Capital
    (http://www.globalalliancecapital.com)
  • Jonarnstein
    (https://www.jonarnstein.com)
  • Proud-Market.com
    (http://trade.proud-market.com et www.proud-market.com)
  • Sheridan
    Wells Advisors (http://sheridanwellsadvisors.com)

Il va de soi qu’il ne s’agit là que de quelques firmes
et que l’on ne devrait pas s’en tenir elles seules.

Quelques mesures de prudence
nécessaires

Le vieux poète nous a déjà enseigné que prudence est
mère de sûreté. Et quand il s’agit de l’investissement en ligne, voici quelques
réflexes à développer :

  • Vérifiez toujours l’identité de la société qui vous offre des
    services financiers
     (dénomination sociale, siège social, etc.).
  • Vérifiez si la société dispose d’un agrément
  • Consultez les mises en garde publiées sur les
    sites de la FSMA, l’AMF d’autres régulateurs.
  • Méfiez-vous des appels téléphoniques/e-mails non sollicités
    (« cold calling »),
    soit sans qu’aucune demande préalable de l’investisseur n’ait été
    entreprise. 
  • Méfiez-vous des demandes de transferts d’argent vers des pays
    sans aucun rapport
     avec la société ni avec l’Etat de résidence de
    l’investisseur. 
  • Méfiez-vous des (promesses de) gains hors de toute proportion
  • Ne prenez pas pour argent comptant les informations données
    par les sociétés
  • Méfiez-vous également des « cloned firms ».
  • Exigez de votre intermédiaire des informations claires et
    compréhensibles
    . N’investissez jamais si vous ne comprenez pas
    parfaitement ce qui vous est proposé.
  • Soyez d’autant plus suspicieux si le
    remboursement des gains est subordonné à un versement supplémentaire et/ou
    au paiement d’un impôt. Ces réclamations sont souvent le signe d’une fraude.