CAMPAGNE AMF CONTRE LE FOREX !

 
Après avoir publié une étude, l’AMF (l’Autorité des marchés financiers) se mobilise en lançant une campagne sur les dangers que présente le marché des devises pour les particuliers.
 
« Le risque est au bout du clic ». Ce slogan, mis en avant dans la nouvelle campagne de communication de l’AMF et on ne peut être plus clair. Son but : informer et sensibiliser les particuliers  sur les dangers du Forex. Pour capter l’attention des internautes, l’AMF a lancé une campagne numérique « en utilisant les mêmes codes et les mêmes promesses que les annonceurs vantant les mérites du trading en ligne pour les particuliers ». Ici, pas d’arnaque, mais un renvoi vers le site de l’Autorité avec la notification qui suit« Erreur 404 – Argent introuvable » pour sensibiliser les internautes.
La publication récente d’une étude statistique a permis à l’AMF en France de démontrer le risque élevé de ces produits, avec une perte moyenne de plus de 10.000 euros pour les spéculateurs français. Cependant, Ce n’est pas le seul avertissement de l’AMF. « Si le trading en ligne sur le marché des changes auprès d’opérateurs régulés conduit à des pertes financières pour la majorité de ses clients, les particuliers doivent aussi craindre les agissements d’escrocs sur ce marché. En effet, de nombreuses sociétés opèrent sans disposer des agréments nécessaires pour proposer leurs services auprès du public français », affirme l’Autorité sur son site internet. Les pop-ups vous promettant de gagner 500 euros en quelques clics ou des sites d’apparences sérieuses peuvent en réalité cacher des arnaques. « Grâce à un formidable discours commercial, ces sociétés détournent l’argent des clients qui voient leurs recours limités, voir impossibles, en raison de la localisation de ces escrocs, le plus souvent situé à l’étranger. »
« Un marché à fuir »
Après l’information et la sensibilisation, l’AMF passe à l’action. Après la mise en ligne régulière d’une liste de sites illégaux et la collaboration avec les instances judiciaires, elle a saisi la justice pour que « l’accès soit bloqué pour les utilisateurs français à certains sites proposant leurs services sans disposer des autorisations requises ». Pour la première fois, le tribunal de grande instance de Paris a accepté cette demande, le 15 septembre 2014.
Nathalie Lemaire, de la direction des relations avec l’AMF, insiste : « Le trading sur le Forex est un marché à fuir lorsqu’on est un particulier, telle est notre conviction et notre position aujourd’hui ».