Fraude : trois anciens banquiers de Crédit Suisse condamnés


Fraude : trois anciens banquiers de Crédit Suisse condamnés

Actualité,International
janvier 16, 2019 07:48
commentaires

Trois anciens employés de Crédit Suisse ont été récemment arrêtés à Londres avant d’être inculpés à New York. Ils sont soupçonnés d’être en lien avec des emprunts frauduleux au Mozambique.

Cinq personnes dont trois ex-employés de Crédit Suisse ont été inculpées à New York pour avoir accordé des prêts au pays africain. Ils sont accusés de corruption, de fraude de valeurs mobilières et de blanchiment.

Des crédits s’élevant à 2 milliards de dollars

L’acte d’accusation publié le 3
janvier 2019 à New York indique que les anciens employés de Crédit Suisse
auraient entravé les contrôles internes de la banque, agi à des fins
personnelles tout en cachant ces activités. L’affaire porte sur des prêts d’un
montant total moyen de 2 milliards de dollars. Ces sommes étaient destinées à
financer des projets de développement au Mozambique. Toutefois, 200 millions de
dollars ont fini dans les poches des trois ex-employés et dans celles des
fonctionnaires. En effet, l’ancien ministre des Finances du Mozambique, Manuel
Chang, a par exemple obtenu près de 7 milliards d’euros dans le cadre de cette
affaire. Les projets initialement prévus n’ont finalement pas vu le jour.

Interpellés le 3 janvier dernier à Londres à la suite d’une demande d’extradition des autorités américaines, les trois accusés ont été libérés sous caution, selon les informations rapportées par un porte-parole du bureau du procureur des Etats-Unis. Quant à Manuel Chang, il a également été interpellé en Afrique du Sud avant d’être placé en détention provisoire. Les Etats-Unis exigent son extradition.

Crédit Suisse souhaite continuer à coopérer avec les autorités

Suite à la découverte de ces
emprunts frauduleux, plusieurs donateurs et notamment le Fonds monétaire
international (FMI) ont suspendu leur aide au Mozambique, plongeant le pays
dans une grave crise financière.

De son côté, Crédit Suisse continuera
à coopérer avec les autorités et a précisé que l’établissement lui-même n’était
pas visé par ces accusations. La banque est également en contact avec l’Autorité
fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) qui a déjà clos deux
procédures d’enforcement à son encontre. 

Partager sur Facebook0
Partager sur TwitterTwitter
Partager sur Google+0

Partager sur Linkedin0

Cet articlé a été écrit par Nathalie JOUET