Le créateur d’une pyramide de Ponzi condamné à payer 2,8 millions de dollars d’amende


Le créateur d’une pyramide de Ponzi condamné à payer 2,8 millions de dollars d’amende

Actualité,International
novembre 13, 2018 08:00
commentaire

Le régulateur Commodity Futures Trading Commission (CFTC) a remporté un procès contre la société américaine Gelfman Blueprint et son directeur devant le tribunal fédéral de New York.

Nicholas Gelfman, PDG de Gelfman Blueprint, proposait à ses clients d’investir dans le Bitcoin en faisant confiance à des algorithmes de trading pour réaliser de plus gros bénéfices. En réalité, l’argent investi par les nouveaux clients servait à payer les profits des anciens utilisateurs.

Plus de 600.000 dollars dérobés à une centaine de clients

Lancé en 2014, le fonds Bitcoin Gelfman Blueprint a soutiré près de 600.000 dollars à des dizaines de clients. Le stratagème mis en place était relativement simple. Nicholas Gelfman détournait l’argent des nouveaux clients pour rémunérer les plus anciens. Il fabriquait également de faux documents pour rassurer ses investisseurs.

Le PDG condamné à payer 2,8 millions de dollars d’amende

Le hedge fund spécialisé dans le Bitcoin et son PDG ont été condamnés à verser 2,8 millions de dollars aux clients lésés. Cette affaire marque une nouvelle victoire pour la CFTC dans le domaine de l’application des lois sur l’utilisation des monnaies virtuelles. Le régulateur se dit déterminé à « identifier les mauvais acteurs sur ces marchés et à les tenir pour responsables », a récemment commenté James McDonald, directeur de la Commodity Futures Trading Commission. La CFTC a toutefois précisé que les victimes avaient peu de chances de revoir leur argent compte tenu des liquidités dont dispose le coupable.

En septembre dernier, le directeur de l’entreprise Gaw Miners et créateur de Paycoin (XPY), Homero Joshua Garza, a également été condamné à une peine d’emprisonnement de 21 mois pour avoir mis en place un système de Ponzi et détourné l’argent de plusieurs investisseurs. De plus, l’escroc devra verser 9,2 millions de dollars aux victimes en guise de dommages et intérêts.

Partager sur Facebook3
Partager sur TwitterTwitter
Partager sur Google+0

Partager sur Linkedin0

Nicolas Gaiardo

Un article de
Nicolas Gaiardo